La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

20/03/2008

Dors, min p'tit quiquin - Explication de texte

Ecrite en 1853 à l'occasion des Fêtes de Lille, par le poète lillois Alexandre Desrousseaux, la Canchon dormoire ("berceuse" en chti) est devenue l'hymne officieux des gens du Nord.

Pour nous autres,  pauvres non-patoisants, Françoise Quenelle, présidente de l'association Les ambassadeurs de Wazemmes, propose une petite explication de texte ...


 

Dors, mon p'tit quinquin.gif (6956 octets)


  

podcast

    Refrain :
    Dors, min p'tit quinquin
    Min p'tit pouchin,
    Min gros rojin !
    Te m'f'ras du chagrin
    Si te n'dors point j'qu'à d'main.

Ainsi l'aut'jour eun' pauvr' dintellière
In amiclotant sin p'tit garchon
Qui, d'puis tros quarts d'heure, n'faijot qu'braire
Tâchot l'indormir par eun' canchon.
Ell'li dijot :"Min Narcisse,
D'main t'aras du pain d'épice,
Du chuc à gogo
Si t'es sache et qu'te fais dodo.

Et si te m'laich' faire eun' bonn' semaine,
J'irai dégager tin biau sarrau,
Tin patalon d'drap, tin giliet d'laine,
Comme un p'tit milord, te s'ras farau !
J't'acat'rai, l'jour d'la ducasse,
Un porichinell' cocasse,
Un turlututu
Pour jouernl'air du Capiau-pointu.

Nous irons dins l'cour Jeanette-à-Vaques
Vir les marionnett's. Comm' te riras,
Quand t'intindras dire : "Un doup' pou' Jacques !"
Pa' lporichinell' qui parl' magas,
Te li mettras dins s'menotte,
Au lieu d'doupe, un rond d'carotte !
Y t'dira : "Merci !"
Pins' comm' nous arons du plaisi' !

Et si par hazard sin maite s'fâche,
Ch'est alors, Narciss', que nous rirons
Sans n'avoir invi', j'prindrai m'n air mache,
J'li dirai sin nom et ses surnoms,
J'li dirai des fariboles,
Y m'in répondra des drôles,
Infin, un chacun
Verra deux spectac  au lieu d'un.

Alors serr'tes yeux, dors, min bonhomme,
J'vas dire eun' prière à Ptit-Jésus
Pour qu'y vienne ichi, pindant tin somme
T'fair' rêver qu'jai les mains plein's d'écus,
Pourqu'y t'apporte eun' coquille
Avec du chirop qui guille
Tout l'long d'tin minton,
Te pourlèqu'ras tros heur's de long !

L'mos qui vient, d'saint-Nicolas ch'est l'fête,
Pour sûr, au soir, y viendra t'trouver,
Y t'f'ra un sermon et t'laich'ra mette
Ind'zous du balot un grand painnier,
Y l'rimplira, si t'es sache,
D'séquois qui t'rindront bénache.
Sans cha, sin baudet,
T'invoira un grand martinet."

    Refrain.

 Et pour la version chantée de Raoul de Godewaersvelde et quelque informations supplémentaires sur la chanson, cliquez ici.

Commentaires

Il est interessant de lire, merci beaucoup! Je continuerai a lire votre blog, mais pas toutes les informations dont j'ai besoin.

Écrit par : phone cards prepaid | 05/04/2010

J'ai passé un bon moment sur cette page ; félicitations pour ce partage et j'espère vous suivre encore longtemps sur ce blog.

Écrit par : Vacances Barjols | 06/07/2010

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu