Avertir le modérateur

22/02/2008

Dany Boon ne fait pas rire tous les ch'timis

"Dany Boon n'a pas le monopole de la défense de la culture du Nord !" Jean-Claude Lambin n'a rien contre l'humoriste, acteur star du film "Bienvenus chez les ch'tis" mais rappelle que d'autres se démènent pour promouvoir et pérenniser la culture ch'ti.

Lire la suite

16:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : dany, boon, ch'ti, culture, lille, chanson, nord

20/02/2008

Flottement ...

Les enquêteurs de Lille intime s'excusent de ce moment de flottement et promettent de nouvelles découvertes très bientôt. Au programme : bras sans corps, masques grimaçants et chansonnettes ...

12/02/2008

A l'enseigne du Beau-Soleil

37a5d4f10dd90df1a474f9dcc341825f.jpgSur la Grand Place, même les jours gris, le soleil brille.

Face à la Voix du Nord, en haut d'un immeuble blanc, un soleil d'or surplombe la place. Certains y voient un lien avec le Roi Soleil, Louis XIV, qui en épousant Marie-Thérèse Infante d'Espagne, dont la Flandre était la dot, devint monarque de la ville. Pas du tout. 3b4f2462b87c9aa5831e9d6f2498c312.jpg

En 1455, les terrains autour de l'Eglise Saint-Etienne sont loués pour cent ans par le Comté des Flandres et l'Eglise. Ils sont divisés en 17 lots. Des maisons dans le style hispano-flamand sont construites.  

En 1828, le propriétaire, Monsieur Clainpanain, horloger à l'enseigne du Beau Soleil décide d'agrandir. Il surélève le bâtiment d'un fronton qu'il fait décorer d'un soleil de cuivre doré.

5267bb49fd59332357005c965d6fb564.jpgLe bâtiment appartient à la famille Maes. Il abrite les locaux de la Parfurmerie Au Soleil d'Or. Parfurmerie maintenant située juste à côté dans la rue Esquermoise et qui fut la plus grande parfurmerie de Lille.

 

11/02/2008

Les anges indicateurs

Levez les yeux ! Vous retrouverez les bouilles rondes et les membres potelés de petits angelots de pierre sur de nombreuses façades. Ceux-ci n'ont pas pour seule mission d'orner les rangs de fenêtres identiques d'une même bâtisse.

Au contraire. Un même ensemble abrite souvent plusieurs maisons. Les angelots indiquent justement quelles sont les ouvertures qui font partie de la même habitation.

be3bdd41c76cad58609d3c612a5956a7.jpg
Quand les deux angelots se regardent, les fenêtres appartiennent à la même demeure.49a5a47298cb30046046dc28db51fa52.jpg

Quand ils se tournent le dos, il s'agit de deux habitations séparées.

D'étonnants atours sur un Beau-Regard

9bf667fff94531e57a5192f1cb7d5cb3.jpg

Face à la Chambre de commerce et de l'industrie de Lille, un ensemble rouge et or de maisons identiques. Le rang du Beauregard.

75c7532717834fa82c716c71744450d2.jpgBaptisé ainsi car à sa place se trouvait auparavant un bélvédère érigé par le duc de Bourgogne, Philippe Le Bon. Un bélvédère si haut et si étroit qu'il offrait sur toute la région un beau regard...

Le rang du Beauregard abrite maintenant commerces et cafés, comme le Morel & fils et sa façade pastel. Mais ces murs ocres et jaunes abritent de surprenantes décorations que peu remarquent...

Autour des fenêtres, de petites boules noires se cachent. Des boulets de canon.e0b30869e0d9c427556d63ce64661783.jpg

Ces décorations de plomb seraient des vestiges du siège de Lille de 1792 par les Autrichiens. Ceux-ci étaient postés à Fives d'où ils bombardaient la ville. 

Bravaches, les Lillois résistants se seraient emparés des boulets et les auraient détournés pour en décorer cette façade.   

5f46773e182e8f35c97a7dd796ab8828.jpg

 

 

 

C'est qui le gros ?

Citée parmi les rues qui intriguent, entre la rue de la Barre et la rue Léonard Danel, la rue du Gros-Gérard. Créée lors des grands travaux de Vauban, la rue fut d'abord nommée "rue de l'Esplanade" en 1695.

2a1f991cc6f5783123ef313c2d1644b4.jpg

 

 

 

Pourquoi l'avoir rebaptisée ?

Les quelques habitants rencontrés dans cette rue calme n'en ont pas la moindre idée ...

Plusieurs hypothèses ont été avancées mais aucune explication précise n'a pû être définitivement retenue.

  • l'obésité n'étant pas un phénomène courant quelques siècles auparavant, le surpoids d'un dénommé Gérard vivant dans la rue aurait été suffisamment notable pour qu'on lui fasse cet honneur. Certainement l'hypothèse la plus amusante mais pas la plus crédible.
  • Dérode, historien lillois y a vu un rapport avec le langage populaire dans lequel "gérard" était utilisé pour "manchon". Reste à savoir si la quantité de ces manchons - fourreaux d'étoffe dans lesquels on glissait les mains pour les protéger du froid - en circulation dans la rue était à ce point remarquable ...
  


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu